ADRIEN MONDOT & CLAIRE BARDAINNE - CIE ADRIEN M / CLAIRE B

AIR

Résidence du 6 au 24 octobre 2014

Présentation publique jeudi 23 octobre à 19h

Site Internet : www.am-cb.net

Dans le cadre du festival SPRING 2014, nous vous présentions Un point c’est tout à la Comédie de Caen. Une conférence-spectacle explorant les possibles, techniques et artistiques, pour créer un numérique vivant, sorte de manifeste du projet artistique de la compagnie. Poursuivant ce mélange d’écriture du mouvement et du virtuel, AIR réunira des corps qui volent et rentrent dans l’image…

Note d’intention

Air est un spectacle frontal pour trois danseurs évoluant dans un environnement immersif constitué d’images projetées. Générées par ordinateur, ces dernières constituent une partition numérique mise en mouvement en temps réel par un interprète numérique, avec laquelle les danseurs-acrobates jouent, grâce à des dispositifs de suspension.
Un spectacle où deux impossibles se trouvent réunis : le corps vole et rentre dans l’image. Une écriture acrobatique et numérique qui esquisse un langage du corps ouvrant sur d’autres rapports au temps, à l’espace, au monde. Au-delà de la recherche de la prouesse technique, c’est celle d’un onirisme du mouvement et d’une écriture par l’image.


Entretien avec Adrien Mondot et Claire Bardainne

On vous a précédemment vu manipuler des lettres, des ondes, des formes géométriques. Vous vous attelez avec ce nouveau projet à la manipulation de l’air…
Oui, avec Air, notre prochain projet de création, nous allons travailler autour de l’imaginaire de l’air, jongler avec l’air. Avec cette matière, nous nous placerons à un endroit de contrastes : légèreté / pesanteur, intérieur / extérieur,… tout en jouant avec la dialectique des chutes. On va faire rentrer l’extérieur à l’intérieur, c’est comme l’appel d’air qu’on peut ressentir quand on est à l’intérieur d’une pièce et qu’on ouvre la porte. L’air n’est perceptible que si l’on met des objets à l’intérieur qui nous permettent de visualiser sa vitesse, sa direction,… Sans ces objets, on ne le voit pas. Dans ce spectacle, nous allons faire percevoir la présence de l’air par le corps dansé, dont les corps sembleront flotter dans l’espace.

La couleur aussi va aider à rendre perceptible l’air…
Nous sommes très attachés au noir et blanc. On se retrouve dans la bichromie, l’épure de la forme graphique. Pour cette création, nous souhaitons poser des atmosphères et pensons que la couleur peut nous y aider. C’est une piste de travail que nous envisageons aborder sous la forme d’ambiances lumineuses monochromes. En cela, nous sommes sensibles au travail des artistes Anne Veronika Janssens et James Turrell, pour ne citer qu’eux. L’idée est de donner la sensation de la matière de la lumière, de son épaisseur, de faire sentir l’épaisseur de l’invisible. Notre rapport à l’espace scénique est très plastique. Concernant notre production artistique, nous préférons d’ailleurs parler d’ « arts visuels vivants » car nous nous sentons plus proches des arts plastiques que du spectacle vivant. Air sera un spectacle-parcours à travers des tableaux vivants.

Pas d’histoire donc…
Non, nous ne raconterons pas d’histoire. Ce que nous présentons relève plus d’un théâtre d’expérimentation, de sensation. Nous sommes attachés à une forme d’abstraction. Nous laissons les choses apparaître et assumons que ce sont des images. Nous allons user de dispositifs techniques et de la conjonction entre l’image vidéo, le corps, l’espace et le son pour faire apparaitre ces images qui donneront au final une sensation magique. Il existe un mot, « technomagie », pour évoquer notre rapport magique aux technologies. C’est autour de cette notion que nous travaillons et avec laquelle nous jouons pour aller le plus loin possible dans la création d’images immersives et suspendre les corps des danseurs pour qu’ils rejoignent le volume.


 


POUR ALLER PLUS LOIN

BACHELARD Gaston, L’air et les songes. Essai sur l’imagination du mouvement, Paris, José Corti, 1943
MAFFESOLI Michel et al., Cahiers européens de l’imaginaire, n°3 : Technomagie, CNRS Éditions, 2011

Olafur Eliasson, Le projet météorologique ; Ryan Hopkinson, Aeolus ; Festo, SmartInversion ; Ken Unsworth, Suspended stone circle ; Denis Darzac, La Chute ; Jan Von Holleben, Dreams of flying

Coproductions, aides et soutiens (en cours) : La Brèche, Pôle national des arts du cirque de Basse-Normandie / Cherbourg-Octeville ; Théâtre de L’Archipel, Scène Nationale de Perpignan ; Centre chorégraphique national de Créteil et du Val-de-Marne / Compagnie Käfig ; Les Subsistances, Laboratoire international de création artistique – Lyon ; Centre des arts d’Enghien-les-Bains, Scène conventionnée Écritures numériques ; L’Hexagone, Scène Nationale de Meylan ; Maison de la Culture de Nevers et de la Nièvre
La compagnie Adrien M / Claire B est conventionnée par la DRAC Rhône-Alpes, par la Région Rhône-Alpes et soutenue par la Ville de Lyon.

Journal de la création

Adrien M & Claire B

Adrien M & Claire B

Premières images de leur nouvelle création "Le mouvement de l'air"

Lors de leur résidence à la Brèche en octobre 2014, Adrien Mondot et Claire Bardainne travaillaient sur leur nouveau projet de création, Le mouvement de l'air, dans lequel 3 danseurs évoluent dans un univers constitué …

Création en octobre 2015 au Théâtre de l’Archipel, Scène nationale de Perpignan

Distribution

conception, direction artistique et mise en scène
Adrien Mondot, Claire Bardainne

chorégraphie
Guillaume Bertrand

danseurs interprètes
Rémi Boissy, Farid-Ayelem Rahmouni, Maëlle Reymond

équipe de création
en cours