GALACTIK ENSEMBLE

CORIOLIS

RÉSIDENCE 15 > 29 AVRIL 2024 / RÉSIDENCE 3 > 14 JUIN 2024

PRÉSENTATION PUBLIQUE Vendredi 26 avril 19h

Après Optraken et Zugzwang, La Brèche poursuit son accompagnement des projets du Galactik Ensemble. En avril et juin 2024, la compagnie reviendra deux fois en résidence avec sa prochaine création, Coriolis (titre provisoire), qui fera l’ouverture de SPRING 2025 à La Brèche en partenariat avec Le Trident, Scène nationale de Cherbourg-en-Cotentin. Fidèle à la notion de résilience et au concept d’acrobatie de situation, Le Galactik Ensemble – Mathieu Bleton, Jonas Julliand et Karim Messaoudi – mettra ici en scène une petite communauté d’hommes et de femmes en prise avec des situations qui les dépassent totalement !

Votre nouveau projet, Coriolis s’inscrit dans la lignée des précédents spectacles du Galactik Ensemble.

Jonas Julliand : Oui, il se situe en effet dans la poursuite des autres pièces, avec toujours un travail sur la résilience et la permanence de notre esthétique. Ici encore, nous travaillons autour de l’accident et de la façon dont le corps fait face à l’imprévisible. Avec toutefois une dimension nouvelle : l’effet coriolis, qui détermine, sur Terre, la direction des vents. On avait imaginé un énorme ventilateur pour créer au plateau une tempête concrète, et non poétique, évoquant catastrophe et chaos. On ne sait pas encore si on garde cette idée… Actuellement, nous travaillons avec un rigger, un spécialiste des accroches, qui nous permet de créer un monde inversé : les acrobates partent du sol dans une posture définie, et se retrouvent d’un coup au plafond, exactement dans la même situation.

Comment s’écrit votre spectacle ?

JJ : Nous partons de l’idée de réactions en chaîne, avec quelque chose qui s’enclenche dès l’entrée dans la salle pour ne plus s’arrêter, et ce jusqu’à la fin du spectacle. Les scènes découlent les unes des autres : elles nous rendent tous interdépendants et nous obligent à nous organiser de manière à les faire perdurer. Cela constitue comme un compte à rebours, un concept sur lequel nous avons beaucoup réfléchi, dans l’optique d’une dramaturgie bien rythmée. Nous avons également étudié les principes physiques : notre recherche ne se base pas sur l’agrès mais sur une matière qui fait sens et qui résonne avec le cirque. Nous ne visons pas une pratique d’exception, du point de vue de la performance, mais plutôt des dispositifs cohérents mettant le corps en danger.

Quels sont, à ce jour, les dispositifs que vous avez pu tester ?

JJ : Un sol avec des microbilles qui nous permet d’être mobiles et de glisser de façon étrange, un sol rebondissant (qui servira pour une forme courte), un système de pendule, un sol instable que nous activons nous-mêmes, etc. Nous travaillons également avec l’aide de notre technicien qui est aussi… potier ! Nous construisons par exemple des structures en filasse et en plâtre (une armure, des bottes, une planète, etc.) que l’on peut détruire pendant le spectacle. On aime l’esthétique de ces objets friables et cassants ; leur craquèlement s’inscrit dans le temps et symbolise la libération des corps figés. C’est l’occasion de parler avec humour des choses qui nous touchent. Ce sont tous ces dispositifs que nous peaufinerons à La Brèche, ainsi que la musique et la lumière.

COPRODUCTION LE GALACTIK ENSEMBLE COPRODUCTION [en cours]
Bonlieu Scène Nationale Annecy ; Association de Préfiguration de la Cité internationale des arts du cirque APCIAC ; Équinoxe Scène Nationale de Châteauroux ; Plateforme 2 Pôles Cirque en Normandie / La Brèche à Cherbourg et le Cirque-Théâtre d’Elbeuf ; Maison de la Danse, Lyon – Pôle Européen de Création

CREATION

Festival SPRING 2025 La Brèche avec Le Trident, Scène nationale de Cherbourg-en-Cotentin

Distribution

création interprétation
Mathieu Bleton
Jonas Julliand
Karim Messaoudi

Interprètes
Angèle Guilbaud
(en cours de finalisation)

technique
Charles Rousseau

diffusion production
Léa Couqueberg

administration-production
Emilie Leloup